Témoignage

Pas de relance de l’industrie sans les ingénieristes !

Scroll

Les chiffres sont faramineux : 100 milliards au total, dont 1.2 pour la décarbonation de l’industrie, 4.7 pour le développement du ferroviaire, 7 pour l’hydrogène vert, ou encore 1.2 pour les nouvelles mobilités… À l’heure où le gouvernement entame la mise en œuvre de cet ambitieux plan de soutien, l’ingénierie n’apparaît pourtant qu’en filigrane des différentes mesures. Il est donc urgent de rappeler l’importance des ingénieristes qui, au cœur de toutes les transitions, agissent à la fois comme gouvernail dans l’orientation des projets industriels, comme maillon opérationnel incontournable de leur réalisation, et sont les garants de leur qualité.   

 

 

L’ingénierie externalisée, gage de flexibilité et de compétitivité pour l’industrie 

Les ingénieristes, en particulier les sociétés d’ingénierie et conseil en technologie, ont fait leurs preuves depuis plusieurs décennies auprès des industriels. L’agilité, capacité centrale en matière de transition, est inscrite dans leur ADN ! Nos clients attendent en effet flexibilité et adaptabilité, quels que soient leur secteur d’activité, leurs choix technologiques ou leur organisation. Cette diversité permet en outre aux ingénieristes de détecter les prémices des évolutions, les signaux faibles des solutions techniques et d’accélérer les transitions. 

Les ingénieristes ont également un rôle clé à jouer dans la relocalisation de certains secteurs d’activité. Une relocalisation reposant notamment sur une réflexion approfondie de l’optimisation de notre outil industriel. L’Intelligence Artificielle au service de la robotisation et la formation d’opérateurs à la réalité virtuelle nous permettront par exemple d’améliorer la productivité de nos usines. De même, les outils de performance industrielle développés par l’ingénierie et la très grande connaissance des processus industriels et de leur optimisation peuvent permettre d’accélérer la relocalisation d’industries clés. Nous l’avons d’ailleurs démontré durant la crise COVID en participant à l’industrialisation de masques protégeant nos personnels de santé et de filtres de respirateurs. Poursuivons sur cette voie et relançons le secteur industriel !  

En ces temps troublés, il nous apparaît donc indispensable que l’ingénierie externalisée soit parfaitement identifiée comme un acteur de croissance et de changement, non seulement par les industriels mais aussi par les pouvoir publics. Nous ne sommes pas seulement des fournisseurs de compétences flexibles, mais aussi des chefs de projets, spécialistes de la gestion de projets complexes (technologie, environnement, réglementation, supply chain, financement…), y compris dans leurs dimensions sociétales (acceptation, impact emploi, souveraineté…), en toute indépendance. 

À l’heure des décisions stratégiques d’investissements, des options technologiques, et des plannings opérationnels, les industriels et les institutionnels se doivent donc d’inviter les ingénieristes en amont de leurs projets. 

Un incontournable laboratoire d’innovation 

Les sociétés d’ingénierie produisent 30 % des efforts de R&D des grands fabricants de produits et équipements industriels, tous secteurs confondus1. Multidisciplinaires par essence, elles sont déjà très actives dans leurs filières d’intervention. Pour leur besoins internes, elles interagissent avec les acteurs les plus innovants en matière d’organisation du travail et de RH (télétravail, recrutement…). Mais c’est au service de leurs clients qu’elles œuvrent de concert avec des laboratoires, des universités, des startups, des pôles de compétitivité, des centres de R&D de grandes entreprises, des clients pilotes…  

Chez SEGULA par exemple, nous menons près de 200 projets d’innovation chaque année avec ce type de partenaires, allant d’outils numériques de modélisation, à des matériaux innovants, en passant par la recyclabilité des produits, les nouvelles énergies ou encore la digitalisation. Et ces innovations n’ont pas pour objectif de « faire de la com » ! Les ingénieristes les choisissent et les conçoivent pour qu’elles puissent être commercialisées. Nous accompagnons ainsi les industriels jusqu’à la mise en route opérationnelle, quelle qu’en soit l’échelle.  

Les sociétés d’ingénierie sont également les interlocuteurs naturels des startups et PME innovantes, qui s’appuient sur elles pour identifier les meilleurs cas d’usage et monter les premières preuves de concepts. Chez SEGULA, nous accueillons déjà une douzaine de startups dans notre hub d’accélération baptisé HeXplora, né fin 2019. 

Il est donc capital que les industriels s’appuient encore plus sur les ingénieristes, véritables laboratoires d’innovations pour l’industrie. 

L’ingénierie, formatrice de talents 

Saviez-vous que sur les 32 000 ingénieurs diplômés en France chaque année, 10 000 choisissent de rejoindre une société d’ingénierie ?2 C’est dire l’attrait de notre secteur, clairement perçu comme un tremplin d’excellence pour les jeunes car il combine interdisciplinarité, innovation, et diversité des missions et des clients. Nous accompagnons cette montée en expérience rapide par une intense formation continue, alimentée non seulement par l’évolution scientifique académique, mais aussi par les expertises de nos clients et partenaires les plus innovants.

Chez SEGULA, cet engagement prend la forme d’un centre de formation dédié, la SEGULA Academy, qui propose des enseignements présentiels et en e-Learning à plusieurs centaines de collaborateurs chaque année. Plus largement, notre profession a proposé à l’État dès l’été 2020 la création du dispositif FMDCI – Formation pour le Maintien et le Développement des Compétences d’Innovation – pour permettre d’enrichir les compétences des 50 000 ingénieurs et techniciens supérieurs de la R&D externalisée. Nous sommes ainsi capables d’identifier les métiers de demain, et de préparer nos ingénieurs à les pratiquer au niveau le plus avancé de l’état de l’art.

 

 

 

Flexibilité, innovation, talents… l’ingénierie répond à l’évidence directement aux trois priorités fixées par le plan de relance : compétitivité, écologie, cohésion. Nous, ingénieristes, sommes déjà sur le pont, prêts à accompagner nos partenaires industriels pour relever les challenges de ces transitions fondamentales. Ensemble, nous réussirons cette nouvelle révolution industrielle.

tribune-corine-site-web-fr
Mobile Pour une meilleure navigation

Retournez votre tablette