Play Lire

share.page_on

Ingénieux Collaborateurs 29.10.2021
Ingénieux collaborateur : Quentin P., responsable du bureau d’études de Montoir-de-Bretagne

Ingénieux collaborateur : Quentin P., responsable du bureau d’études

Ma philosophie :

Sans hésiter, elle consiste à toujours choisir entre deux chemins, celui qui semble être le plus difficile.

Le principe en soi peut sembler assez trivial, néanmoins je crois fermement en la capacité de l’homme à se sublimer lorsqu’il est poussé hors de sa zone de confort, à progresser personnellement, et à faire progresser la collectivité en même temps.

 

Mon rôle chez SEGULA Technologies :

Je suis responsable du bureau d’études de Montoir-de-Bretagne depuis 2019. J’encadre plusieurs équipes multidisciplinaires, qui travaillent sur des projets au forfait. La maturité de ces projets peut différer en fonction des besoins des clients (études de faisabilité, avant-projet sommaire ou détaillé, projets clés-en-main).

Nos domaines d’expertise sont variés, allant du calcul de procédés à la mise en plans, en passant par les études structure/génie-civil, l’électricité, l’instrumentation, l’automatisme ou la programmation, mais également la conception mécanique. Nous intervenons dans différents domaines d’activité (énergies carbonées et renouvelables, aéronautique, agroalimentaire…) et sommes convaincus de la valeur ajoutée de cette diversité dans l’analyse des besoins des clients. Bien sûr, cela nécessite également une grande agilité et une forte adaptabilité, mais cela fait partie de l’ADN qui caractérise un bureau d’études en évolution.

Expériences professionnelles :
A l’issue d’un apprentissage durant lequel j’ai travaillé sur le FEED du projet Kaombo (FPSO à destination de l’Angola), j’ai eu plusieurs expériences successives dans le nucléaire, qui m’ont permis d’affiner mon profil professionnel.

Tout d’abord, comme ingénieur commissioning (mise en service d’installations), puis en tant qu’ingénieur projets en tuyauterie industrielle et HVAC au sein du groupe ENGIE. Souhaitant alors centrer ma carrière sur le développement du potentiel humain des entreprises, j’ai accepté l’opportunité de rejoindre le bureau d’études de Montoir.

Formations :
J’ai commencé mes études par un DUT en Génie Mécanique et Productique, qui m’a permis d’avoir une vision opérationnelle de la carrière technique que j’esquissais tout juste.

Je suis également titulaire d’un diplôme d’ingénieur mécanique à l’école des Arts & Métiers, où j’ai acquis des expertises en management et en gestion de projets. Par la suite, j’ai complété cette formation académique avec un mastère spécialisé en énergie & procédés, à l’IFP School de Rueil Malmaison.

Enfin, j’ai suivi un programme de formation nucléaire au sein de l’entreprise ENGIE, qui m’a permis de compléter la vision d’ensemble que je souhaitais acquérir des enjeux de la transition énergétique.

Mon + beau projet :
Je ne suis pas de nature à me retourner sur ce qui a été accompli, mis à part pour en tirer des enseignements. Je considère également que les « plus beaux projets » pour ma génération sont à venir ; à commencer par celui de relever les défis de la transition énergétique, accompagner les profondes mutations du monde du travail et des rapports entre les hommes qui le façonnent.

Plus spécifiquement, je suis convaincu que ces défis vont aller dans le sens d’une rationalisation des flux et d’une redistribution des rapports de force économiques. Cela passera nécessairement par une réindustrialisation de l’Europe, moribonde sur cet aspect encore aujourd’hui.

Pour le contexte du bureau d’études pour lequel je travaille, cela passe par la capitalisation sur le savoir-faire des collaborateurs, la transmission de la connaissance par le biais de l’intégration des jeunes générations, et surtout l’adoption d’une projection stratégique collective.

En l’absence de plan industriel suffisamment ambitieux pour affronter les défis qui nous attendent, les ingénieur(iste)s ont le devoir d’incarner cette volonté de transformer l’héritage qui se prépare pour les générations futures. J’ai la ferme intention d’y prendre part !

Ma + grande passion :
Je dirais tout d’abord le rugby.

Plus globalement, j’ai un intérêt pour tout ce qui se rapporte aux rapports Humains. Je ne poursuis qu’une seule ambition, qui est d’être pour les autres le manager que je souhaite pour moi-même. Une personne qui est à la fois et alternativement coach, mentor, conseiller… Empathique donc, mais également exigeant lorsque la zone de confort est trop fréquentée.

Pour accompagner les transformations du monde du travail mentionnées plus haut, nous aurons un besoin constant de managers dont l’Humain est le moteur, mais qui soient également clairvoyants et constants. La parité dans les postes de management fait à ce titre partie de l’équation, mais c’est un autre débat.

Mon + grand rêve :
Parvenir un jour à me retourner sur « mes plus beaux projets » avec le sentiment du devoir accompli. A ce stade j’aurai, je l’espère, répondu à mon deuxième mantra :

« L’homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d’un plus grand nombre d’autres. » (Denis Diderot).

Le + chez SEGULA :
En dépit de la taille du Groupe, je dirais l’esprit entrepreneurial qui prime sur l’initiative individuelle. Ces aspects sont à mon sens un terreau essentiel pour la pérennité et la concurrentialité d’une organisation, à fortiori dans le contexte challengeant et volatile évoqué plus haut.

Mobile Pour une meilleure navigation

Retournez votre tablette